Désert Marocain 

Randonnee 8 jours dans le desert marocain

Accueil
Randonnees dans le desert Marocain
Excursions en 4X4 dans le desert
Circuit depart de Ouarzazate
Circuits depart de Marrakech
Circuit depart de Agadir
Reveillon 2023 dans le desert marocain
Contact et Réservation
Photos
Nos Bivouacs

À  partir de 405€ par personne 

        Randonnée dans désert 8 jours 

        Niveau : facile 

 

Activités  Hébergements  Transferts  Environnement
Randonnée  Sous tente  sur demande  Patrimoine et Nature, Désert

   

Dates et Prix   Jour par Jour   Fiche Technique    Avis Voyageurs
 

Voyage et Randonnée dans le désert marocain 8 jours la grand traverse sur mesure.

Voyage et Randonnée 8 jours dans le désert marocain :

une grande boucle dans le Sahara marocain.

Il s’agit d’une vraie et grande méharée en boucle, sur 8 jours, au cœur du Sahara. Le portage des tentes, des vivres et de l’eau pour 8 jours, ainsi que vos sacs, est effectué par les dromadaires qui vous accompagnent tout le long de la boucle. Vous randonnerez avec votre guide assisté d’un cuisinier et de chameliers.

Votre équipement : des chaussures de randonnées légères ou des sandales de rando (et non les lourdes chaussures de montagne) ; un duvet léger ou un sac de couchage type drap cousu ; des lingettes humides pour la toilette ‘’à la nomade’’ (il n’y a pas de douches à tous les bivouacs, mais vous constaterez avec plaisir que l’air sec et chaud du désert, malgré la sueur, empêche la formation de bactéries et empêche donc les mauvaises odeurs corporelles : on ne se salit pas dans le désert et on y sent bon !) ; vos linges de corps de rechanges ; votre gourde ; chapeau, lunettes de soleil, crème protectrice des U.V., appareil photos, carnet de notes.

Vous pourrez laisser à l’Agence « Caravane Renard du Désert » à M’Hamid les affaires dont vous n’avez pas besoin pour cette randonnée de 8 jours dans le désert marocain. Prenez un sac qui sera chargé sur un dromadaire, plus un petit sac à dos pour vos affaires de la journée.

C’est vous qui décidez de vos dates : nous n’avons pas d’agenda de dates fixes. Vous nous contactez au préalable, on se met d’accord sur une date de départ, et la méharée sera la vôtre !

Cette boucle de 8 jours permet de randonner dans des erg, des reg et des hamada, de comprendre leurs différences géologiques et ainsi de connaître les trois principales composantes du désert marocain où vivent les nomades malgré l’âpreté du sol et du climat.

Jour - 1 avant le départ de la randonnée dans désert marocain.

A la date convenue préalablement entre vous et nous, il vous faut arriver la veille du Jour 1 au village de M’Hamid, au sud de Zagora, car le départ de la méharée sera matinal (vers 7 h) le jour 1. M’Hamid est le dernier village édifié à la porte du désert. Son emplacement a été choisi il y a de nombreux siècles à la fois pour être la dernière oasis de ravitaillement à la limite des sables, avant de s’embarquer pour une longue traversée (Tombouctou, au Mali, est à 52 jours de marche) mais aussi à cause de la vallée du Drâa autrefois toujours alimenté par l’eau de l’Atlas (aujourd’hui à sec à cause d’un barrage construit en amont).

Pour arriver à M’Hamid la veille du jour de départ de la randonnée, nous pouvons soit venir vous chercher à Marrakech (compter 7 heures de route) soit vous conseiller un moyen de transport comme l’autobus : n’hésitez pas à nous contacter lors de votre réservation de cette méharée. Un bus de la Compagnie CMT arrive de Marrakech à M’Hamid chaque jour à 10h30. Donc la veille du Jour 1, ce qui est parfait. Des taxis collectifs, dits « grands taxis », moins chers que les « petits taxis », font également la route Marrakech- Ouarzazate et Ouarzazate- M’Hamid.

Nous pouvons aussi, si vous le désirez, vous réserver votre hébergement à M’Hamid pour la nuitée précédant le jour 1. Nous tiendrons compte de vos indications pour vous proposer l’hébergement le mieux adapté à vos souhaits. Cet hébergement de la veille du Jour 1 n’est pas inclus dans notre tarif de la randonnée de 8 jours dans le désert marocain.

Jour 1:M'hamid --- Sidi Naji

Vous aurez pris votre petit déjeuner et nous nous serons donné rendez-vous à 10 h du matin à l’agence « Caravane Renard du Désert », à la sortie du village de M’Hamid à la porte du désert.

Les dromadaires seront là, conduits par les chameliers. Ainsi que le cuisinier et votre guide. Les tentes seront chargées sur les « vaisseaux du désert », ainsi que les vivres pour le groupe pour 8 jours, l’eau de boisson également pour 8 jours, et les ustensiles du cuisinier. Pour faire bon poids, on y ajoutera vos sacs d’affaires de rechanges. Vous ne garderez que votre petit sac à dos pour la journée.

Après vérification que tout est en ordre et que tout le monde est impatient de commencer la randonnée dans le désert marocain, le guide montre le cap à prendre : Sidi Naji. C’est là que nous ferons halte pour la première nuit dans le désert.

Aujourd’hui, pour nous mettre en jambes, nous ne marcherons qu’environ 6 heures (ne parlons pas en kilomètres : en vrais nomades, parlons en temps de marche !).

Notre méharée de 8 jours se mettra donc dès ce soir sous la protection d’un vieux sage, Sidi Naji, un saint homme appelé « marabout », décédé il y a fort longtemps et qui a marqué les esprits de ses contemporains au point qu’ils lui ont élevé un édifice remarquable à sa mort.

Avant d’y arriver, nous commençons par visiter les anciennes « kasbah » de l’ancienne M’Hamid. Autrefois, les tribus d’ethnies différentes étaient en luttes incessantes pour se voler les territoires. Les populations, pauvres et mal armées, couraient donc se réfugier, dès l’annonce de l’arrivée du groupe ennemi, dans une enceinte fortifiée censée les protéger (sauf des sièges qui les affamaient et les déshydrataient jusqu’à leur reddition). Ces enceintes fortifiées, sortes de citadelles, portent le nom de « kasbah ».

L’ancienne kasbah de l’ancienne M’Hamid se trouve en bordure de l’importante palmeraie qui a poussé et a été cultivée sur les rives du Drâa. Le Drâa coulait autrefois, alimenté par les neiges et précipitations des chaînes de l’Atlas. Il est maintenant à sec, à cause d’un barrage construit sous Ouarzazate. Depuis, les palmiers dattiers crèvent de sécheresse dans la vallée du Drâa.

Après la visite des ruelles étroites desservant les pauvres et sombres mechtas de la kasbah, nous nous dirigeons vers un bouquet de tamaris afin de profiter de leur ombre pour la pause de midi.

Le cuisinier s’active à son foyer improvisé et nous sert bientôt le déjeuner de midi.

Petite sieste sous les tamaris.

Puis, en milieu de l’après-midi, après la grosse chaleur, la caravane se remet en route.

Nous arrivons en fin d’après-midi au marabout (édifice) du marabout (saint homme), Sidi Naji. C’est là que nous allons faire étape pour la soirée et la nuit.

Chaque année, à une date convenue, les nomades de la région viennent ici en pèlerinage sur la tombe de Sidi Naji. Occasion de se retrouver, de se transmettre les nouvelles, d’échanger des infos, de renouer les contacts avant de nouvelles traversées. Et de se rappeler les grandes vertus de ce marabout d’autrefois.

Les dromadaires (avec une bosse, alors que les chameaux ont 2 bosses, mais les dromadaires, qui ont effectué leur lente évolution en Afrique, sont descendants des chameaux originaires d’Asie, et tous les deux sont des « camélidés », des chameaux) sont déchargés. Les chameliers montent les tentes et vont creuser les « feuillées » ou latrines qu’ils nous indiqueront : cela évitera que nos papiers hygiéniques polluent visuellement le désert marocain. Ce rituel se répétera chaque soir, à chacune de nos étapes, sauf exception.

Le cuisinier s’affaire autour de son feu et de ses marmites. Il nous fait distribuer de curieux « pains de sable » que nous prendrons l’habitude de déguster chaque soir en apéritif.

Le coucher de soleil sur le désert marocain n’est pas à rater : majestueux, solennel, grandiose, le soleil disparaît, tout rouge, derrière une dune de l’ouest. Avant ou après le dîner.

Dîner. Puis, et ce sera ainsi chaque soir, autour du feu, échanges avec le guide, le cuisinier et les chameliers qui le souhaitent, pour tâcher d’en apprendre un peu sur la vie des nomades. Comment ils s’orientent dans un désert sans repères. Quelles étoiles ils connaissent. Quels remèdes ils se transmettent de génération à génération. Quels contes et quelles légendes nous diront-ils avant qu’arrive le sommeil…

Dilemme : dormir sous la tente ou dormir à la belle étoile ? ça dépend… Bonne nuit !

Jour 2: Sidi Naji -- Erg Zahar.

Après le petit déjeuner, tout le barda ayant été chargé sur les bêtes par les chameliers, la caravane va reprendre sa marche dans le désert marocain. En ne laissant rien derrière elle, que l’empreinte des pieds des dromadaires ; et encore… Aujourd’hui, nous allons marcher durant environ 4 heures. Notre destination est l’erg Zahar. Nous apprendrons, en cheminant, à distinguer les ergs, les regs et les hamadas, les trois principales composantes du désert marocain. Nous commençons par la longue traversée du grand reg de Bousnina. Ce qui va nous prendre toute la matinée. Le paysage est varié entre les ergs, regs et hamadas, et il change toutes les deux heures.

En fin de matinée, le guide nous a emmenés dans un bel endroit à l’ombre pour l’étape de midi.Au cuisinier de montrer ses talents !Déjeuner de midi. Petite sieste.Puis on repart. Direction les hautes dunes désignées au loin. Et on arrive au pied de ces grandes dunes de sable fin, qui ont pour nom les Dunes de Zahar. C’est là que nous faisons étape pour la nuit. Le rituel est immuable : déchargement, montage des tentes, creusement des feuillées, grimpette au sommet des dunes ou repos en attendant la soupe. Du sommet de la grande dune, on aperçoit la chaîne montagneuse qui marque la frontière entre le Maroc et l’Algérie. Panorama grandiose à 360 °. L’horizon de la mer de sable à perte de vue.

Le soleil va-t-il se coucher avant ou après le dîner ? On ne manquera pour rien au monde ce fastueux coucher de Phébus.

Après le dîner, contes et légendes nomades. Puis lourde décision : je dors dedans ou dehors ? Bonne nuit de toute façon !

Jour 3: Erg Zahar ----Erg Esmar.

Notre destination du jour est de rejoindre l’erg Esmar, toujours dans le désert marocain, à environ 5 heures de marche depuis l’erg Zahar que nous allons quitter après le petit déjeuner et une fois les bêtes chargées. Nous commençons par traverser la vallée du Drâa, large vallée plantée de nombreux palmiers qui souffrent de la sécheresse depuis que le barrage à Ouarzazate a asséché le cours en aval de l’ancienne rivière. En milieu de journée, notre halte du déjeuner se fera à proximité d’un puits relié à la nappe phréatique.

On se rafraîchit, les dromadaires se désaltèrent, le cuisinier nous fait patienter en nous offrant les traditionnels « pains de sable » pendant qu’il mitonne le repas. Puis nous déjeunons. Et faisons la sieste alors que la grosse chaleur s’est abattue sur le désert marocain pour assommer bêtes et gens. La sieste finie, ou les palabres pour certains, les notes de voyage  pour d’autres,  les aquarelles pour d’autres encore, la caravane repart, au rythme lent et régulier des dromadaires. Puis le guide nous indique, là-bas, au loin, dans l’erg Esmar, l’endroit de la halte pour la nuitée. On connaît la suite : déchargement, tentes, feuillées, escapades dans les dunes pour reconnaître les environs, appel du cuisinier : « « C’est prêt ! », dîner joyeux, coucher de soleil sur les crêtes des dunes, contes et histoires, et c’est la nuit étoilée. Et le sommeil réparateur.

Jour 4: Erg Esmar ----Erg Chegaga.

   Ce soir, douches, grands lits et grandes chambres meublées en plein désert marocain, à l’erg Chegaga ! Ce n’est ni un mirage ni une blague ! C’est la pure vérité vraie ! Entre l’erg Esmar et l’erg Chegaga, comptons 6 heures de marche environ. Bêtes bâtées et chargées, petit déjeuner dégusté, sandales aux pieds, petit sac au dos, nous partons sur le sable blond. Il faut commencer par traverser l’erg Sidra. L’océan de sable est à la fois toujours pareil et toujours différent, changeant. Les poètes y trouveront leur inspiration en cheminant. Pause de midi et repas préparé par le cuisinier et dégusté avec appétit.

Petite sieste et le cap indiqué par le guide : « On se dirige vers ces plus hautes dunes, là-bas au fond ! » On finit par y arriver. Ce sont les dunes de Chegaga.

A leur pied se trouve la surprise d’un camp super confortable en plein désert marocain. L’électricité est fournie par des panneaux photovoltaïques, l’eau est pompée dans le sol, il y a des douches et des w. c., et de grandes tentes-chambres avec de grands lits confortables.

Les plus courageux repartiront pour, en 20 minutes de montée sur le sable fin qui coule comme de l’eau, gravir la plus haute dune, qui culmine à plus de 200 mètres, et qui a pour nom Abidlia. Récompense assurée : l’horizon à perte de vue sur la mer de sable et ses immenses vagues. Et le somptueux coucher de soleil sur une dune là-bas, là-bas, au loin…

Le dîner est prêt : bravo et merci, excellent cuisinier ! Contes des mille et une nuits et des merveilles du désert. Problème : je dors ce soir sous la tente ou dehors au milieu de l’enclos, près du feu ?

Jour 5: Erg Chegaga ----Oued Laatach.

Après le petit déjeuner et une fois les dromadaires chargés, il faut quitter le camp de Chegaga et la protection de sa grande dune. On a, aujourd’hui, pour rejoindre l’étape de l’oued Laatach, environ 6 heures de marche à fournir. Mais quel bonheur de se savoir à randonner dans de telles conditions au cœur du désert marocain ! Pour celles et ceux qui n’ont pas voulu hier soir gravir Abidlia, la plus haute dune, c’est le moment de se rattraper : notre itinéraire passe à son pied, et le crochet est possible (et même recommandé !) pour les randonneurs. De là-haut ils auront une vue imprenable sur la caravane évitant la grimpée et contournant la dune, et qu’ils rattraperont en se laissant descendre sur la longue pente magique. Ils verront, de là-haut, l’immensité de l’océan de sable. Et les crêtes du massif frontière. La halte de mi-journée permet le déjeuner et la sieste. Puis la randonnée reprend, en pensant aux nomades qui partaient ainsi en longues caravanes effectuer de longues traversées, parfois pendant des mois, pour livrer du sel gemme, ou des dattes, ou des minéraux rares, ou pour effectuer des tournées d’inspection des puits ou des douars.

Et la soirée arrive, et on aperçoit l’oued Laatache, où l’étape de la nuit est prévue.

Les bonnes vieilles habitudes sont respectées : déchargement des bêtes soudain plus légères, montage des tentes, creusement des latrines, délassement des membres, préparation du dîner, préparation du bon moment d’observation du coucher du soleil, apéritif de ‘’pains de sable’’, dîner, palabres et le sommeil qui vient alors que les étoiles prennent place dans la voûte céleste qu’aucune pollution visuelle ne trouble. La nuit sera calme, la fraîcheur revenue.

Jour 6: Oued Laatach ---Erg Ait ounir.

   Après le petit déjeuner, l’œil frais et la jambe légère (mais le mollet ferme), la randonnée a repris. Les randonneurs ayant le sens de l’orientation auront noté ou perçu comme une inflexion dans le sens de la marche : sur notre droite on distingue les crêtes du massif servant de frontière avec l’Algérie, alors que ces mêmes crêtes étaient sur notre gauche les premiers jours. C’est qu’on a viré de bord. La boucle se referme. Notre étape du soir s’appelle l’erg Aït Ounir. Et il nous faudra marcher environ 5 heures pour l’atteindre.

Nous commençons par traverser l’ancien petit lac aujourd’hui asséché du Petit Iriqui. Dommage que ce ne soit pas à la nage ! Puis nous atteignons les dunes de Bougarne.

Nous y faisons la halte de mi-journée.Préparation du déjeuner, dégustation du déjeuner, sieste. Après la sieste, la randonnée dans le désert marocain reprend jusqu’à trouver l’erg Aït Ounir. Et là, au cœur d’une forêt de tamaris, et au pied d’une dune, un coin de rêve nous est réservé pour la nuit. Les tentes sont vite montées et le trou creusé, on cherche d’où on pourra bien voir le coucher de soleil. Le cuisinier a allumé son feu.

Bientôt : « C’est prêt ! » Dîner, blagues et contes nomades. Tente ou à la belle étoile, la nuit sera reposante !

Jour 7: Erg Ait ounir ---Dunes de Douib.

    Après le petit déjeuner, la mise en train est rapide, et la randonnée dans le désert marocain a pris sa vitesse de croisière. Le cap a été donné : vers les dunes de Douib, là-bas, il faut deviner où ! Entre l’erg Aït Ounir et les dunes de Douib, nous marcherons environ 6 heures aujourd’hui. Nous commençons par traverser la vaste étendue de la hamada du Drâa en remontant la vallée piquetée de milliers de palmiers jaunis. Halte déjeuner suivi d’une sieste. Et reprise de la navigation. Jusqu’à parvenir, dans l’après-midi, aux dunes de Douib, notre destination du jour. Rituel connu, célébré sans accrocs. Clic ! au célèbre coucher de l’astre solaire. Dîner et dodo. Ah mais ! On est le jour 7, c’est la dernière nuit dans le désert ! Déjà ! Doux rêves…

Jour 8: Dunes de Douib ---M'hamid.

Petit déjeuner et harnachement des bêtes. En suivant des yeux la pente de la vallée du Drâa, on devine où se niche l’oasis de M’Hmid, à la porte du désert. Ce sera notre destination du jour. Et nous aurons environ 3h heures à randonner pour y parvenir. A mi-journée, après avoir retraversé la large vallée du Drâa, nous visons un bosquet de tamaris pour nous faire de l’ombre le temps du déjeuner. Après la sieste, les dernières quelques heures sont vite avalées pour entrer, triomphants, à M’Hamid et pousser jusqu’à l’agence « Caravane Renard du Désert ». Mission réussie ! On récupère les affaires personnelles laissées en garde à l’agence. Mais on ne va pas se quitter comme cela, se dispersant après avoir vécu une telle aventure ! Le dîner est prévu, le dernier de ce programme, et même la dernière nuit, dans une vraie chambre, à M’Hamid. C’est inclus dans le prix ! On invite les chameliers à dîner avec nous : accepteront-ils ? « Il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte ! » Le guide et le cuisinier ont leur part dans la réussite de cette grande boucle du désert marocain : mercis !

Nuit à M’Hamid. Petit déjeuner de demain matin inclus.

Notre tarif, par personne, pour cette boucle de 8 jours dans le désert marocain :  419euros.

Ce tarif inclut :

  • Tous les repas depuis le déjeuner de midi du jour 1 jusqu’au petit déjeuner du jour 9. Soit : 8 déjeuners de midi, 8 petits déjeuners, 8 dîners.
  • Les 7 nuits sous tente (du jour 1 au jour 7) et la dernière nuit (jour 8) à M’Hamid, en hôtel ou chez l’habitant selon les possibilités.
  • L’eau de boisson des 8 jours de la durée de la grande boucle.
  • Le portage des tentes, ustensiles, vivres et sacs personnels par les dromadaires, du départ à l’arrivée.
  • Les salaires du guide, du cuisinier et des chameliers pour ces 8 jours.
  • Les couchers de soleil et le sable fin ramené dans vos affaires et que vous ne retrouverez qu’une fois de retour chez vous !

Renseignements et réservation :

Caravane Renard du Désert

Mbarak : 00212 614 48 89 01

Mohamed : 00212 662 35 28 70

(Nous sommes sur Whatsapp).

A bientôt !

Prix par personne.

Point de départ de la randonnée    2 Pax            4 Pax        6 Pax     
 Mhamid la porte du désert marocain 409€ 385€ 315€

Contacte et Réservation 

Voyage sur mesure au Maroc solidaire et eco-responsable au Maroc su mesure.

 

Trekking Séjour désert Maroc sur mesure. Excursion désert Marocain sur mesure - Trekking Authentique Découverte du Sahara marocain sur mesure - Trekking Voyage Maroc sur mesure - Circuit guidée - Voyage Au cœur de la Vallée du Drâa - Sahara marocain voyage - Méharée sud Maroc désert- séjour à pied et randonnée - bivouac pour nuit désert Maroc - voyage organisé désert Maroc sur mesure.

Voyage sur mesure au Maroc - Voyages en trekking dans le  désert Marocain sur mesure , avec la caravane de dromadaires - Randonnée écotourisme désert Marocain- découverte Sahara - Randonnées - désert Maroc voyage sur mesure - Méharée au désert - voyage à pied - bivouac dans le désert Maroc - réveillon désert Maroc - nouvel an dans désert Maroc Excursion Marrakech désert marocain sur mesure.